Les infrastructures de communication

9 décembre, 2014 | Commentaires fermés sur Les infrastructures de communication

L’histoire du secteur des communications internationales est guidée par l’efficience des systèmes de communication. Ces infrastructures sont essentielles à l’exercice à distance du pouvoir, autant politique qu’économique. Elle a commencé à l’ère moderne avec le télégraphe et les caractéristiques que nous observons sur le réseau Internet étaient déjà présentent au XIXème siècle.

Afin de mieux saisir les enjeux de cette problématique, je vous propose le résumé du chap. 2 de l’ouvrage Daya Kishan THUSSU, (2006),International communication : continuity and change, ed. Hodder Arnold, 2nd, sur l’émergence de ce premier réseau global de communication.

Le système de communication télégraphique permet une transmission aussi sûr que l’écrit mais infiniment plus rapide, de plus elle peut être codée et le secret renforcé. Ces qualités de vitesse et de fiabilité ont guidé les acteurs privés à la recherche de nouvelles opportunités de profits. Mais, cette infrastructure doit être étendue à l’ensemble de la planète afin d’offrir le maximum de valeurs, ce qui lui confère aussi un intérêt stratégique pour les moyens diplomatico-militaires.

Les câbles sous marins requiert d’énormes investissements qui sont assurés par les banques britanniques puis américaines de l’époque. Les Etats doivent alors au moins implicitement, s’engager pour sécuriser ces infrastructures de valeur. Elles  alimentent la presse quotidienne et les journaux sous toutes leurs formes. Pour les armées, cette profitabilité de la technologie permettait son emploi militaire en partageant les innovations et les coûts.

câblesousmarin

Le premier câble sous marin trans Manche et le début de l’hégémonie britannique

 Comme pour les voies maritimes d’approvisionnement, les puissances impériales du XIXème siècle assurait la sécurité de ces infrastructures. Cependant, la compatibilité de leurs intérêts avec ceux des entreprises privées qui assuraient leur bon fonctionnement était telle que leur contrôle direct n’était pas nécessaire. En 1892, la Grande Bretagne controllait 66% des câbles télégraphiques indirectement. Elle maintenait encore ce type de contrôle à hauteur de 50% en 1923 face aux Etats-Unis en seconde position avec 25% du contrôle indirecte des câbles. Selon les américains, ces artères globales fournissaient un avantage concurrentiel indû au commerce britannique qui légitimait la stratégie américaine de conquête de ces moyens de communication.

Telegraphe

Les débuts de la mondialisation du système de communication télégraphique

 Le secteur de la presse qui satisfait la demande d’information, financière, militaire et diplomatique était une condition nécessaire de la rentabilité de cette première infrastructure globale.

C’est l’épopée de la création des grandes agences de presse, Havas (1835), Wolff (1849), Reuters (1851), AP (1848) qui étaient liées à leur Etat de référence indirectement. Elles formaient un cartel en 1870 (le « ring combination ») pour se partager ce marché global de l’information. La presse est à l’origine de la culture de masse avec le roman feuilleton et les comics.

De même, le système de radio communication fut très rapidement dominé par les grandes puissances pendant la Guerre Froide.

Depuis la 1ère transmission de la voix par onde en 1902, les grandes puissances ont cherché à se partager le spectre électromagnétique. Ce système de communication fut très rapidement utilisé pour modeler les croyances et les attitudes des audiences. C’est un outil incontournable de gestion de l’opinion public et de la propagande.

La seconde Guerre Mondiale et surtout la Guerre Froide ont illustré cette fonction. Entre 1969 et 1972, Radio Moscou diffusa plus d’heures de programmes que les US avec plus de langages (84) qui accompagna l’extension de la sphère d’influence soviétique en Afrique à l’issue du mouvement de décolonisation.

Avec une posture similaire, Voice of America opérait comme un réseau global de stations relais de programmes musicaux et de propagandes contre le communisme athée. Ce rôle a été réactivé après les attaques du 11 septembre 2001 pour accompagner la diplomatie publique à destination du Moyen Orient. L’avantage de la radio c’est la très large audience qu’elle touche auprès des populations quelque soit le taux d’alphabétisation.

 La fin de la Guerre Froide illustra aussi le rôle sur les imaginaires de la télévision et du cinéma. La privatisation des groupes media a l’ère Reagan nécessite un marché global de l’information et des produits culturels. Les images furent une arme déterminante dans la guerre idéologique.

 L’enjeu pour les pays du tiers monde et les puissances émergentes c’est de ne pas laisser leur population à la merci des puissances occidentales.

Internet

Le cablâge en fibre optique de la planète : 800 000 km, soit 25 fois le tour de la Terre, est à l’image du système télégraphique au XIXème siècle. La globalisation aujourd’hui est une intensification de la mondialisation commencé il y a plus d’un siècle.

 Pour cela, l’information doit circuler autant du marché américain vers le chinois que l’inverse. Les entreprises doivent être globales et pas seulement américaines. Si l’information et les produits culturels sont une « commodité » soumise au marché et au stratégie de conquête des entreprises autant pour les technologies de la communication que la diffusion de produits culturels alors le cyber espace devient un nouveau théâtre pour l’extension de la rivalité sino-américaine.